AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 
 RP2: Aménager la Chrysalide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
MessageSujet: RP2: Aménager la Chrysalide   Ven 3 Juil - 21:48
Aménager la base

Revenir ici me laisse un sentiment pénible, une aigreur au fond de la gorge. Je réalise que je ne suis jamais entré seul. La base a l’air bien vide, sans le pas traînant de Garand, la présence animée de Liseal et celle discrète mais rassurante du Boss. Sans eux, il ne reste que des couches de pailles, des provisions et des gelées oubliées sur les étagères, et quelques bibelots plus ou moins inutiles que le chef gardait comme trophée de ses missions. Il reste encore des empreintes profondes dans le sable près de l’étang, et si je n’étais pas conscient que c’est impossible, je m’attendrais à voir Garand sortir de l’eau d’une seconde à l’autre. Un malaise m’étreint, et j’escalade rapidement la petite échelle à même le tronc pour monter sur le perchoir. Le jour décline lentement, et l’air frais de la soirée m’apaise un peu. Autour, la plaine faiblement boisée s’étale, et j’apprécie la tranquillité qui s’en dégage. Si je m’oubliais un peu, ça pourrait être comme n’importe quelle journée. Sauf que ce n’est pas le cas. Mes amis sont morts, la base est vide, et je suis là pour effacer les dernières traces de notre histoire commune. De colère et de frustration, je tranche net une branche qui dépasse du garde-fou de corde au-dessus du perchoir. Elle tombe avec un craquement sec. Puis, conscient que je suis en train de perdre du temps et que Cyriann pourrait débarquer un peu n’importe quand, je me force à redescendre à terre pour aménager la base. La cache sous la souche fera l’affaire pour ranger les affaires de mes coéquipiers, elle est largement assez grande. Je dégage la lourde souche en m’appuyant de tout mon poids dessus, révélant la planche de bois barrant l’ouverture de la cache, que je soulève en plantant ma faux dedans. Je n’ai jamais vraiment compris à quoi cette cache servait pour notre équipe. Je n’ai jamais vu qui que ce soit s’en servir. Peut-être que justement elle n’était là que pour les urgences ?
En tout cas, elle m’arrange bien en ce moment présent. Encore une initiative du Boss qui voyait plus loin que tout le monde. Un peu maladroitement, je vide les affaires de mes amis dans un grand sac de toile posé en vrac dans le coin de la base qui nous servait de réserve. Les badges du Boss, les coquillages de Carapagos… Et je m’arrête, mon regard tombant sur les motifs que j’ai sculptés au fil des années dans le tronc du saule. Cette maigre décoration, un peu comme une fresque de nos exploits. Pour chacune de nos victoires, j’ai taillé une petite sculpture des pokémons qu’on a arrêtés ou qu’on a, plus rarement, tirés d’affaire. Le plus grand de ces bas-reliefs à la finition approximative représente l’Équipe. Nous quatre, le jour où nous sommes passés grade diamant. C’était il n’y a pas si longtemps. Je me souviens que Liseal m'avait fait la remarque en blaguant qu’elle trouvait que je l’avais sculptée trop grosse, et je ne peux pas m’empêcher de sourire tristement en repensant à ça. Qu’est-ce que Garand aurait pu dire, si elle se trouvait trop grosse !
Le Boss était un peu jaloux de ces sculptures, lui aussi il avait taillé l’arbre, mais plus pour en faire des étagères et des choses pratiques. Enfin, tout du moins il jouait l’envie. Je pose mon front contre le motif saillant de l’arbre, le cœur serré. Si seulement ils étaient encore là, si seulement ces petites figurines de bois pouvaient se détacher de l’arbre et s’animer. Si seulement je pouvais faire marche arrière… Je reste un certain temps prostré comme ça, une fois de plus agacé par mon manque de contenance. Je boucle l’aménagement aussi vite que possible, décidant de monter ma couche en haut du perchoir. Pour le moment, ce sera le seul endroit où je me sentirai à l’aise. Au moins ce ne sera pas étrange d’y être seul. Je finis en repoussant la souche sur la cache, après avoir replacé la planche dans sa position initiale. C’est alors que je remarque, posée au-dessus du four, un dernier objet que j’ai oublié dans mon tour des lieux. En le voyant, je sens le chagrin me prendre à nouveau. La rose des sables de Liseal. Elle aussi avait son sens artistique, et nul doute qu’elle aurait pu faire nettement mieux que moi pour la décoration de l’endroit, si elle en avait eu envie. C’était un cadeau qu’elle m’avait fait pour l’anniversaire de mon entrée dans l’équipe, et je me souviens que l’attention m’avait beaucoup touché, venant d’elle. Elle avait toujours été assez réservée, et c’était rare qu’elle quitte un peu son attitude sérieuse. Prudemment, je prends la pierre ciselée entre mes faux, et, incapable de la plonger à son tour dans l’oubli de la cache, je décide de la mettre dans mon sac d’exploration. Elle n’est pas trop lourde, donc ça ne sera pas pénible. Je passe un œil rapide sur les lieux, afin de m’assurer que la base est désormais telle qu’elle doit l’être. J’ai posé la couche de Cyriann prêt du four, à priori c’est là qu’il sera le plus confortable. Si jamais le temps devient insupportable là-haut, je pourrais toujours descendre me mettre à côté de la réserve, là où le Boss dormait en général. Ça me ferait sans doute un peu bizarre, c’était vraiment sa sphère privée, ce petit tas de paille à l’écart. Je dégage un peu les branchages qui commencent à croître en désordre devant la petite « fenêtre » au-dessus de l’étang, et, satisfait, décide qu’il y a suffisamment d’ordre pour y vivre. Après tout, si on tenait sans trop de problèmes à quatre grands pokémons, à deux ça ne devrait vraiment pas être trop compliqué.  Je sors du couvert de la base. Il faut maintenant que j’aille m’occuper de trouver une mission pour commencer notre job d’explorateur. Je ne sais vraiment pas de quoi mon corps mutilé est capable, donc il faut que je me décide pour quelque chose de raisonnable. Non pas que ça me tente. Je ne crois pas que ce soit une si bonne idée de repartir directement traquer des criminels dans mon état avec un bleu dans l’équipe. Même si je meurs d’envie de me mettre sur la piste des Faucheurs, ça devra attendre.

Une réalisation me traverse l’esprit : j’aurais dû demander au sheriff si un Crocorrible avait été arrêté récemment. En même temps, il n’avait vraiment pas l’air de vouloir me donner la moindre information, et ça aurait même pu attiser sa méfiance. Et ça, ce n’est jamais une bonne chose. Il faudra que je trouve un autre moyen de savoir, tout de même. Perdu dans mes réflexions, je fais le chemin mécaniquement jusqu’au bourg, sans prendre attention au jour déclinant et au ciel se parant de couleurs ambrées dans la plaine fleurie. Je pense que Cyriann doit avoir plus ou moins fait le tour de la ville maintenant, s’il s’est un peu pressé. Pas la peine de s’éterniser non plus.


***

Ayant jeté mon dévolu sur une mission de pacification quelconque, je sors de la guilde. C’est décidément le genre de job sans intérêt qui aurait écœuré le Boss. Une récompense ridicule pour un travail sans grand risque ni honneur. Mais bon, qui sait, je ne suis peut-être même plus capable de ce genre de mission ? Le soleil est en train de se coucher à l’horizon, et le ciel est désormais incarnadin et doré. Je me mets à la recherche de mon partenaire : il est temps de lui montrer son nouveau chez-lui.




Dernière édition par Rukaruss le Ven 3 Juil - 23:52, édité 1 fois
Invité
MessageSujet: Re: RP2: Aménager la Chrysalide   Ven 3 Juil - 23:05

La Chrysalide, une nouvelle maison

Après notre rassemblement à la falaise Sharpedo, Rukaruss me ramena à ce qui était la base de son ancienne équipe, qu’il l’appelait la Chrysalide.
L’endroit dans lequel se trouvait la base était un lieu des plus étonnants, en tout cas pour moi qui avait vécu dans un volcan. Une plaine couverte d’herbe, de quelques fleurs et arbres dispersés, ainsi qu’ un petit lac d’eau claire et un immense saule pleureur surplombant celui-ci.
Rukaruss me menait à l’arbre, et avant d’être passé sous le couvert des feuilles je ne m’étais pas aperçu que le saule lui-même était la base. Sous le feuillage on se retrouvait dans une pièce immense dont le centre était marqué par le tronc du saule d’une largeur considérable, et j’y remarquais quelques sculptures d’une certaines finesses que je soupçonnais d’avoir été faites par Rukaruss. Je remarquais un petit âtre en terre cuite se situant juste derrière le tronc, un peu à droite se trouvait une couchette que Rukaruss désigna comme étant la mienne ; me trouver près du feu me permettrait de m’endormir plus vite en créant un environnement confortable pour moi, selon lui. C’était plutôt attentionné de sa part, j’étais un peu surpris.
Je voyais ensuite sur ma gauche un plan d’eau que je plaçais vite comme étant en fait l’étang au dehors, une petite ouverture taillée dans le feuillage me confirmait la chose en me laissant le voir. Un accès facile à l’eau allait changer mon quotidien par rapport au Cratère de façon drastique.
Enfin je remarquais sur le tronc une petite échelle qui menait à une plateforme construite un peu plus haut dans le saule. Rukaruss prit le temps de me la présenter comme un point d’observation important et aussi son propre lieu de repos.

Je me tournais vers Rukaruss pour lui demander :
- On ne ressent pas le vent alors que dehors il y avait une brise agréable, en plus il fait nettement plus frais, comment ça se fait ? Enfin je veux dire… Comment on peut isoler aussi bien cet endroit pour ne pas avoir de problème avec les températures ou les intempéries ?
Rukaruss haussa les épaules, ma question avait l’air de le dépasser un peu. Sans doute qu’elle ne se posait pas vraiment pour lui.
- On ne l'isole pas. C'est un arbre, pas une forteresse. On a déjà de la chance d'avoir l'arbre avec le feuillage le plus dense du bosquet. Quand il pleut, on est moins trempé que dehors, si c'est ça ta question. Ne t'en fais pas, c'est plus confortable que ça en a l'air. Les branches sont assez lourdes, donc normalement le vent n'est pas trop un problème non plus.
La réponse était claire, nette et précise, on vit dans un confort relatif, exposé aux caprices de mère nature. J’espérais un peu que de vivre dans une base ne me rappelle pas autant mon ancienne vie dans le Cratère. Mais c’était comme ça que la Chrysalide était construite, le plus simplement et sobrement du monde.

- Tu m’as dit qu’on partait en mission demain, on doit faire des préparatifs particuliers ? Parce que sinon, vu qu’il commence à se faire un peu tard, je serais d’avis pour qu’on se couche histoire d’avoir un maximum d’énergie pour demain.
Cette fois, Rukaruss répondit avec un léger sourire, le ton un peu railleur.
- Pressé de dormir, gamin? Mais tu as raison, pas la peine de veiller inutilement. Il y a des pommes derrières le four, si tu as faim. Il faudra en prendre chez les Keckleon demain matin, nos stocks sont en baisse. Pour les préparatifs, prend juste tes affaires dans le sac. Il y a ta pokémontre aussi. On va commencer avec une mission facile, donc ce n'est pas un casse-tête. ?

Je pris une pomme et la dévorais rapidement avant de récupérer les objets que Rukaruss avait mentionnés. J’aurais du travail pour apprendre à utiliser la montre mais la fatigue me gagnait et je décidais de me coucher rapidement pour pouvoir être en pleine forme pour la mission du lendemain. Même si la mission éveillait ma curiosité, j’avais vaguement l’impression que mon nouvel allié avait envie de la laisser dans le flou aussi longtemps que possible, peut-être pour me faire comprendre de moi-même certaines choses, aussi je le le pressais pas de questions. De son côté, une pomme plantée au bout d’une de ses faux, Rukaruss mangeait en silence, assis dans le sable au bord de l’étang. Un peu plus tard, il monta à l’étage se coucher, m’adressant un bonsoir assez vague.

Dans la nuit mon esprit bourdonnait encore plus qu’un essaim de Dardargnan. En moins de cinq jours j’avais été complètement déraciné, j’avais quitté le Cratère pour sauver un inconnu et atteint Bourg-Trésor. Perdu comme je l’étais Rukaruss constituait mon seul point d’attache, raison pour laquelle je forme maintenant cette équipe avec lui.
Quand je repense au Cratère je me rends compte que j’étais loin d’y vivre heureux, je ne mangeais à ma faim que sur des coups de chances et j’avais survécu uniquement en me cachant et en jouant parfois sur l’égo des Forts. Ma famille n’était déjà qu’un vague souvenir que j’avais juste connu petit avant qu’on ne soit séparés lors d’une éruption que les tyranocifs n’avaient pas sentie à temps. En fin de compte, en mettant en vis-à-vis mes cinq jours à Bourg-Trésor et ma vie au Cratère, je me disais que vivre ici une vie d’Explorateur m’apporterais surement beaucoup plus que toute une vie au Cratère.

 
RP2: Aménager la Chrysalide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» RP2: Aménager la Chrysalide
» apprendre a nager
» Pièces et accessoires divers pour aménager mon Master
» Je ne sais pas nager
» Chrysalide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PKMN M.D ∞ Explorers of Abyss :: 
Zone RP
 :: Terre des Plantes :: En Attente :: Eclat Moiré
-
Sauter vers: